Le scanner de stress myocardique 320-barrettes couplé au coroscanner améliore la performance diagnostique pour la prise en charge des patients présentant une douleur thoracique par rapport au coroscanner seul (étude CATCH-2)

Sélectionné dans American Heart Journal par Théo Pezel

Mis à jour le mercredi 18 octobre 2017
dans

 

Scanner de perfusion myocardique au cours du stress associé à une étude des coronaires : un nouvel examen de référence rapide dans le diagnostic de cardiopathie ischémique ?

Auteurs :
Mathias Sørgaard, Jesper J. Linde, Jens D. Hove, Jan R. Petersen, Tem B.S. Jørgensen, Jawdat Abdulla, Merete Heitmann, Charlotte Kragelund, Thomas Fritz Hansen, Patricia M. Udholm, Christian Pihl, J. Tobias Kühl, Thomas Engstrøm, Jan Skov Jensen, Dan E. Høfsten, Henning Kelbæk, Klaus F. Kofoed

Référence :
American Heart Journal , Volume 179 , 127 - 135

Date de publication :
Septembre 2016

Lien :
Lire le résumé

Le commentaire de Théo Pezel

Théo Pezel

avec relecture par Olivier Auzel et Benjamin Alos, membres du Comité scientifique du CCF

Collège des Cardiologues en Formation

Cette revue inclut les derniers résultats présentés au congrès ESC 2017 de Barcelone.

Question posée

Le scanner de stress myocardique étudie le retentissement fonctionnel d’une lésion retrouvée par coroscanner. Cette étude compare le taux de coronarographie/revascularisation coronaire après coroscanner vs coroscanner + scanner de stress (acquisition de tout le volume cardiaque en un battement) chez des patients à risque au moins intermédiaire avec douleur thoracique. 

Principe de l'étude

Population

Étude multicentrique danoise incluant les patients de plus de 50 ans avec au moins 1 facteur de risque cardiovasculaire consultant pour douleur thoracique.

Design

Après avoir éliminé un syndrome coronarien aigu par l’ECG et le dosage de la troponine, les patients étaient randomisés en 2 groupes bénéficiant en externe d’un scanner cardiaque dans les 2 semaines :

  • groupe « Coroscanner seul »
    • si sténose coronaire évaluée < 50 % : pas de coronarographie
    • si sténose coronaire évaluée ≥ 50 % : coronarographie
  •  groupe « Coroscanner + Scanner de stress myocardique »
    • si sténose coronaire évaluée < 50 % ou ≥ 50 % mais sans défaut de perfusion : pas de coronarographie
    • si sténose coronaire évaluée ≥ 50 % avec défaut de perfusion : coronarographie

 Critère de jugement principal

A 3 mois de la randomisation, on évaluait la proportion de patients ayant une indication à la réalisation d’une coronarographie, ceux revascularisés parmi les patients ayant une indication à la coronarographie, et la proportion totale de patients revascularisés dans chaque groupe.

Résultats principaux

Population étudiée

600 patients randomisés en 2 groupes égaux comparables : 300 patients explorés par coroscanner seul et 300 patients explorés par coroscanner + scanner de stress myocardique. La moyenne d’âge était de 63 ans, avec des proportions équivalentes d’hommes et femmes.

La douleur thoracique était considérée comme typique d’une origine coronaire dans 6 % des cas, atypique dans près de 43 % des cas et non évocatrice d’une cardiopathie dans 51 % des cas.

Le taux et la répartition des sténoses coronaires étaient similaires dans les 2 groupes :

  • Près de 25% de réseaux coronaires normaux
  • 45% de sténoses coronaires non significatives (< 50%)
  • Près de 30% de sténoses coronaires significatives (≥ 50 %)

On retrouvait un défaut de perfusion myocardique (en faveur d’une ischémie) chez 54% des patients présentant une sténose coronaire ≥ 50%.

CCTA group vs CCTA CTP group

Critère de jugement principal

  • Réduction significative de 50% des indications à la réalisation d’une coronarographie dans le groupe « Coroscanner + Scanner de stress myocardique » (14% vs 30%, p < 0,0001)
  • Réduction significative de 50% du taux patients revascularisés dans le groupe « Coroscanner + Scanner de stress myocardique » (7% vs 14%, p < 0,0045)
  • Pas de différence significative entre les taux de revascularisation chez les patients ayant une indication à la réalisation d’une coronarographie (p = 0,85 en ITT)
Referral for ICA
Revascularisations

Critère de jugement secondaire

Absence de différence significative concernant les évènements cardiovasculaires à 17 mois de suivi.

Cardiovascular events

Conclusion

Près de la moitié des lésions coronaires ≥ 50% ne présentaient pas de retentissement fonctionnel après scanner de stress myocardique, permettant donc dans cette étude de diminuer significativement de 50% le recours à une coronarographie/revascularisation coronaire par rapport à une stratégie diagnostique fondée sur une imagerie anatomique pure comme le coroscanner seul.

En conclusion, le scanner de stress myocardique couplé au coroscanner permet de façon rapide de mieux cibler - en cas de douleur thoracique - les patients (à risque au moins modéré) présentant une lésion coronaire ischémiante devant bénéficier d’une revascularisation, et peut donc éviter la réalisation d’une coronarographie et d’une revascularisation futiles.

Focus iconographie : coroscanner/scanner de stress myocardique

Occlusion de la coronaire droite

Coroscanner seul : occlusion de la coronaire droite (image de gauche) et d’une branche marginale de la circonflexe (image de droite)

CATCH- 2 - Hypodensité sous endocardique inféro-septale

Scanner myocardique de stress : hypodensité sous endocardique inféro-septale et inféro-latérale VG au cours du stress (image de gauche), disparaissant au repos (image de droite)

 

Principe de défaut de perfusion

Principe du défaut de perfusion au cours du scanner entre myocarde ischémique et normal
D’après Shabana A and El-Menyar A. Myocardial Viability : What We Knew and What Is New Cardiology Research and Practice 2012; Volume 2012, Article ID 607486, 13 pages doi:10.1155/2012/607486.

Mots clés: Coronaire Coronaire

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire