PRESERVE - Prévention de la néphrotoxicité des produits de contraste iodés : Hydratation, OUI! Traitement spécifique, NON!

Mis à jour le mardi 14 novembre 2017
dans

AHA 2017
Congrès AHA 2017

Cette étude interventionnelle, randomisée, double aveugle, sur 5 177 patients (4 pays, 53 sites), a comparé avant angiographie (essentiellement coronarographie) bicarbonate de sodium versus N-acétylcystéine (débutée 1h avant opacification à la posologie de 1,2 g x 2/j per os pendant 5 j), versus l’association des deux traitements, versus placebo, tous les patients étant hydratés par du sérum physiologique (1,5l/ IV sur 24 h)).

Il s’agissait de patients à haut risque rénal, diabétiques, d’âge moyen 70 ans, en insuffisance rénale chronique modérée avec un DFG à 50 ml/mn. Le critère primaire de jugement à 90 jours associait décès, dialyse, augmentation de créatinine > 50% et le critère secondaire de jugement était la survenue d'une insuffisance rénale aigue au produit de contraste.

Le critère primaire est atteint dans 4 à 5 % des cas quel que soit le groupe de traitement sans différence significative entre les groupes. Quant aux insuffisances rénales aigues associées à l’injection du contraste, elles surviennent avec des fréquences identiques dans les groupes (environ 9 %). On n'a donc pas fait mieux que la simple hydratation!

D'après la communication de Stevens WEISBORD, Pittsburg, Etats-Unis