Comparaison de la ventilation au masque versus ventilation après intubation orotrachéale dans la prise en charge initiale de l'arrêt cardiaque extra-hospitalier

Mis à jour le vendredi 1 septembre 2017
dans
Mariama Akodad
Une analyse proposée par Mariama Akodad.

Congrès ESC 2017 - ESC Congress 2017

CAAM TRIAL

Rationnel

Le bénéfice de la ventilation par intubation orotrachéale est incertain dans l’arrêt cardiaque. Des données issues de registres suggèrent une meilleure survie chez les patients ayant bénéficié d’une ventilation au masque par rapport à ceux ventilés après intubation orotrachéale dans ce contexte. Ainsi, la ventilation au masque, moins complexe que l’intubation orotrachéale, pourrait permettre d’assurer la ventilation de ces patients, au même titre que l’intubation orotrachéale, et de s’affranchir des complications potentielles de cette dernière.

Objectif

L’objectif était de confirmer la non-infériorité de la ventilation au masque par rapport à la ventilation par intubation trachéale chez les patients victimes d’un arrêt cardiaque extra-hospitalier.

Design de l’étude

Il s’agit d’une étude randomisée, contrôlée, multicentrique (menée par 20 équipes SAMU) de non infériorité comparant la ventilation au masque versus la ventilation par intubation orotrachéale.

Le critère de jugement principal était un critère de survie à 28 jours avec un statut neurologique correct défini par un niveau inférieur ou égal à 2 sur l’échelle Pittsburgh CPC.

Les critères de jugement secondaires étaient le retour vers une reprise d’activité cardiaque spontanée, la survie à l’admission à l’hôpital et la survenue de complications. L’analyse était réalisée en intention de traiter.

Résultats

Dans ce travail, 2043 patients ont été inclus et l’analyse a été réalisée chez 1018 du groupe intubation orotrachéale et 1022 du groupe ventilation au masque. L’âge moyen était de 65.7±15.5 dans le groupe ventilation au masque versus 63.8±15.6 dans le groupe ventilation par intubation orotrachéale avec près d’un tiers de femme dans les 2 groupes. Les deux groupes d’études étaient comparables initialement essentiellement concernant les critères pronostiques majeurs en contexte d’arrêt cardiaque comme la présence d’un témoin ou non de l’arrêt cardiaque et la présence d’un rythme initial choquable.

La survie à 28 jours avec un statut neurologique correct état obtenue chez 4,2% des patients du groupe masque versus 4,3% des patients du groupe intubation orotrachéale avec l’absence de différence significative sur ce critère de jugement principal, p=0,11 (figure).
 

Initial airway management in patients with out-of-hospital cardiac arrest: tracheal intubation vs. bag-mask ventilation

Concernant les critères de jugements secondaires, un retour à une activité cardiaque spontané était observé de manière plus importante dans le groupe intubation orotrachéale par rapport au groupe masque (38,9% versus 34,2, p=0,03). La survie à l’admission hospitalière n’était pas différente entre les deux groupes.

A noter, un échec de la technique de ventilation chez 6,3% des patients du groupe masque versus 2,5% des patients intubés (p<0,0001) ainsi que plus de régurgitation du contenu gastrique dans le groupe masque (14,9% versus 7,7% dans le groupe intubation, p<0,0001).

Discussion

Cette étude randomisée ne confirme pas la supériorité de la ventilation au masque par rapport à la ventilation par intubation orotrachéale au cours de l’arrêt cardiorespiratoire extrahospitalier, donnée suggérée par les données observationnelles. De plus, la ventilation au masque ne semble pas sans risque avec une incidence notable d’échec de ventilation et de régurgitation du contenu gastrique chez ces patients.

L’intubation orotrachéale reste donc le gold-standard pour la ventilation chez ces patients.

Mots clés: Urgences Urgences

Dépêche précédente

Registre FAST-MI : description et évolution des pratiques de l’infarctus sur 20 ans

Dépêche suivante

Comparaison de l’Apixaban et de l’héparine/AVK chez des patients naïfs d’anticoagulant, présentant une fibrillation auriculaire et candidat à la cardioversion : l’étude EMANATE

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire